TECHNIQUE

 

Historique :

 

Les Compagnies sont issues d’organismes semi-militaires et semi-civiles.

 

Ces règlements sont tirés d’un ouvrage de 1960 édité par la Fédération Française de Tir à l’Arc alors présidé par Edouard Catimel. Ils ont été revus et mis à jour sur la base de règlements datant de 1934. Il est à noter que, à l’époque, on ne tirait que dans les Jeux d’Arc ; Le tir actuel (salle, fédéral, olympique) n’existait pas.

 

Ces indications servent de base à tous les règlements intérieurs de nos associations actuelles. La loi de 1901 qui régit, de nos jours, les clubs de tir à l’Arc y a ajouté des éléments administratifs mais la règle de base:

«HONNEUR et COURTOISIE»

 

est toujours de rigueur. Si les termes ont vieilli, l’esprit est encore de mise. La tradition est, avant tout, un ensemble de règles de sécurité, de bienséance et de respect envers les autres.

 

Règles de sécurité :

 

- Saluer les buttes avant de décocher la première flèche de chaque nouveau tir : «Mesdames et Messieurs les Archers je vous salue»

 

- Ne pas pratiquer l’allée du roi pour aller et revenir des buttes. L’allée du roi est l’espace compris entre les buttes et les gardes. Une allée dite «des Chevaliers» est destinée à cet usage sur le côté.

 

- Ne pas entrer dans une salle avec un Arc bandé.

 

- Décocher sa flèche avant d’entrer dans la salle de garde

 

- Annoncer son départ et son arrivée à un groupe de tireurs.

 

- Si une flèche a été oubliée sur une butte il ne faut pas tirer. On dit «tirer sur un mort»

 

- Lorsqu’un Archer atteint le noir (rond central de 4cm de valeur 4points) : un Archer (autre que le tireur) retire le marmot avec la flèche au noir et la présente en se découvrant à l’Archer qui l’a tiré en lui disant «Félicitations Chevalier» l’Archer répond «Merci Chevalier» puis récupère sa flèche.

 

- Lorsque le marmot a été replacé sur la butte on dit «Il est là » afin d’avertir les Archers suivants qu’ils peuvent recommencer à tirer.

 

- Ne pas repasser devant la cible en se retirant.

 

- Ne jamais présenter une flèche par l’enferron (la pointe)

 

- Ne jamais tirer sa dernière flèche sur la butte d’attaque (la butte opposée à l’entrée du jeu)

 

- Crier «GARE» s’il existe un danger.

 

- Ne jamais s’adosser à une butte car celle-ci représente l’ensemble des Archers décédés.

 

- Respecter le silence sur le « pas-de-tir »

 

présentation du jeu d'Arc

 

Hiérarchie de la chevalerie :

 

- Adhérent : Celui qui arrive dans une Compagnie

 

-. Aspirant : Tout adhérent après 3 mois

 

- Archer : Après 1 an d’observation, s’il satisfait au respect du règlement intérieur, l’aspirant devient Archer. C’est celui qui constitue l’effectif de la Compagnie.

 

- Chevalier : Après une observation minimum de 3 années, sur sa demande ou sur proposition du conseil des Chevaliers, l’Archer peut être réceptionné. C’est son état d’esprit, son adhésion et son respect des coutumes (bon citoyen, bonne conduite, bonne moralité, ...), sa participation aux prix généraux des Compagnies de la famille qui constituent les critères d’acceptation de sa réception.

 

 

Hiérarchie de la Compagnie :

 

- Empereur : Titre à vie dans une Compagnie à celui qui abat l’oiseau 3 années de suite. Ce titre se perd en cas de départ de la Compagnie. Cette dignité donne à celui qui l’a acquise le pas partout et sur tous. Dans le cas ou la Compagnie aurait plusieurs empereurs ceux-ci prendraient rang par ordre d’ancienneté. l'écharpe est verte.

 

- Roi : titre annuel, il est donné à l'archer qui a abattu l'oiseau lors du tir de l'abats l'oiseau. l'écharpe est rouge.

 

- Connétable : Titre donné à une personne en fonction de services rendus à la Compagnie. La dignité de connétable n’est pas incompatible avec la fonction d’officier de la compagnie. Dans ce cas, il fait de droit partie du bureau de la compagnie et possède une voix délibérative. l'écharpe est violette.

 

- Capitaine, c'’est le chef de la Compagnie. Il est chargé de l’administration et de la gestion de celle-ci. l'écharpe est bleue.

 

- Lieutenant, l' adjoint direct du capitaine. Il le remplace en cas d’absence et, dans ce cas, possède les mêmes prérogatives que celui-ci.

 

- Sous-Lieutenant, Il supplée les deux-premiers absents ou empêchés. C’est lui qui porte le drapeau et en a la garde.

 

- Trésorier, Il tient les registres des recettes et dépenses

 

- Secrétaire, Il tient les registres des actes

 

- Censeur, C’est le garant du respect des règlements. Il est chargé de tout ce qui concerne la discipline et la police du Jeu.

 

- Adjoints,

- Chevaliers,

- Archers,

- Aspirants.

 

Le rang des Chevaliers, Archers et Aspirants est déterminé par leur ancienneté de réception ou d’ âge.

 

Marque de solidarité et de fraternité :

 

Organisation d’une collecte à l’occasion d’un événement familial. Mariage, naissance, ...

 

Il est un devoir pour tout Chevalier et Archer d’entretenir son jardin d’Arc et de participer aux travaux.

 

Règles de courtoisie :

 

 

 

- Faire silence sur le pas de tir lorsqu’un tireur est armé

 

- Ne pas employer de mots grossiers sur un pas de tir ou en réunion.

 

- Ne jamais discuter religion ou politique

 

- Ne jamais reprocher une mauvaise flèche à un tireur.

 

- Faire silence et ne pas entretenir de conversations particulières pendant une assemblée (réunion)

 

- Se découvrir et ôter une cigarette de sa bouche en signant ou en décrochant une carte sur une butte.

 

- Etre à l’heure aux assemblées

 

- Après son départ laisser la salle de garde en ordre.

 

- Les deux buttes d’une allée doivent toujours êtres pourvues d’une carte. En effet, lorsqu’un Archer est décédé, on retire les cartes en signe de deuil. Puis une « partie de deuil » est organisée afin que l’activité de l’Archerie puisse reprendre.

 

Le tronc :

 

Le tronc est la matérialisation de la sanction à tout manquement au règlement traditionnel.

 

Le tronc doit être présenté à bon escient sans agressivité ni brimade.

 

Il est posé au début de chaque tir devant le pas de tir de la butte maîtresse.

 

Lors d’une faute l’Archer coupable doit évaluer lui-même le montant de sa sanction et placer celui-ci dans le tronc sans délais.